Vers une grande AOP « Camembert de Normandie »

Camembert de Normandie : vers une fin du « fabriqué en » pour une grande AOP « Camembert de Normandie »
« La situation va enfin être conforme au droit »

Tels sont les mots de Patrick Mercier, Président de l’ODG Camembert de Normandie, à l’issue de l’accord trouvé mercredi 21 février entre les fabricants de camemberts « fabriqués en Normandie » et ceux de l’AOP « Camembert de Normandie ».

Cet accord marque en effet la fin de l’usage abusif du mot Normandie. « Nous allons créer une grande appellation d’origine Camembert de Normandie, avec deux niveaux, comme on en connait dans le vin, avec les appellations de base et les grands crus. L’actuel « camembert fabriqué en Normandie » va entrer dans l’appellation « Camembert de Normandie ». Il va donc devoir se soumettre à des règles et aux fondamentaux d’une appellation d’origine : une production réalisée totalement – du lait au produit fini – dans l’aire d’appellation, en Normandie, le respect d’un cahier des charges et des conditions de production. Le tout étant transparent, suivi et contrôlé par un organisme indépendant. » … Un nouveau niveau pour l’AOP qui va, certes, accepter la pasteurisation mais va aussi imposer la normandisation du troupeau, l’obligation du pâturage, l’interdiction des OGM et les contrôles.

Et l’existant va également monter en gamme.

L’actuel camembert AOP – qui sera bientôt identifié comme « véritable camembert de Normandie » AOP – toujours au lait cru – va de son côté réouvrir son cahier des charges. « C’est le produit qui vise l’excellence et l’expression optimale du lien au terroir : avec une part encore accrue des vaches normandes dans les troupeaux (passant d’une vache sur deux à deux sur trois), un renforcement du pâturage et des mesures favorables à la biodiversité (haies bocagères). »

Un combat de plus de dix ans s’achèverait donc avec une mieux value pour les producteurs de lait. « Globalement, le consommateur va y gagner en qualité, quant aux producteurs, de 500 élevages, ce sont plus de 1.500 qui seront demain concernés, soit près du quart de la production de lait en Normandie. Il y en a marre de voir des éleveurs mourir sur cette fameuse terre du lait qu’est la Normandie ! Avec cette grande AOP, tout le monde va progresser et vivre mieux. La Normandie se réveille autour de ses valeurs et construit à nouveau. »

Gouvernance, communication afin que le consommateur puisse s’y retrouver … Définition et orchestration de la nouvelle AOP
… Un travail d’au moins trois ans débute aujourd’hui avant la signature du décret.